Maupin Stéphane et le tarama rose

Texte amical et taquin écrit par Anne Démians à l’encontre de son confrère et complice Stéphane Maupin auteur de l’immeuble voisin, une résidence étudiante audacieuse perchée entre la rue Chevaleret et le quartier Masséna.

Est-ce, là, un trait d’humeur matinal qui ferait suite aux facéties fréquentes qu’échafaudent les Béliers (dont tu es), quand ils sont contrariés ? Ou sort-elle d’une litanie nocturne échappée d’un marais du Languedoc, là où les flamands se font rosir les plumes par les Stichococcus et les Dunaliellas ? Est-ce, là, ce rose poudré qui recouvre les visages plâtreux des petits marquis de Laclos dans les Liaisons dangereuses, ou encore une tranche de tarama frais, monté à partir d’œufs de cabillaud en poche, chargés en colorant comme Armstrong en érythropoïétine ? Il est difficile de le dire. Peut-être le résultat inopiné d’un tonneau d’enduit frais dans lequel tu aurais décidé d’y tremper tes cages sans pigeons, tes bicyclettes sans pignons, tes poubelles sans cartons et tes ventilos sans courant, toujours saignant et sans contrefaçon ? ou l’énoncé d’un prétexte raffiné pour badigeonner ce qui te reste d’espoir de ne pas paraître pâle devant l’adversité, avec une tartine épaisse, honteusement patricienne et définitivement païenne. Il est toujours aussi difficile de le dire. Comme je suis une fille, j’aime le rose. Et le rose tarama m’intrigue particulièrement. Alors je me suis prêtée à un exercice bien féminin : celui d’évaluer un résultat par la couleur.

Au même moment, en faisant mes courses à PROXI, j’ai pu remarquer que des nuances de rose apparaissaient entre les différents produits du commerce.

Je te livre le résultat de mes recherches : Parmi les caractéristiques de qualité qu’on peut identifier sur le tarama, j’ai sélectionné la couleur comme identité irrésistible du produit, au même titre qu’elle pourrait l’être pour ton bazar. A la base, le tarama (on ne le devine pas) est de la couleur des œufs de cabillaud. Il se situe entre le blanc et le gris foncé (avec une légère modification par rapport à la couleur initiale due au brassage et à la chapelure). Il faut donc en renforcer la couleur pour l’obtenir en rose. Car, le rose du tarama est spécifique. Il le différencie des autres produits apparentés, comme les œufs de lompe ou la terrine de poisson. Au même moment, en faisant mes courses à PROXI, j’ai pu remarquer que des nuances de rose apparaissaient entre les différents produits du commerce. Et, comme j’avais du temps, j’ai pu, aussitôt rentrée chez moi, les étudier par la mesure du L*a*b*. Le L*a*b*, on le sait, est un modèle de représentation des couleurs, développé en 1976 par la Commission internationale de l’éclairage. Il est une version corrigée du modèle Hunter Lab créé en 1948. Et, comme tous les systèmes issus du système CIE XYZ, il caractérise une couleur à l’aide d’un paramètre d’intensité correspondant à la luminance et de deux paramètres de chrominance qui décrivent la couleur. Il a été étudié pour que les distances calculées entre couleurs correspondent aux différences perçues par l’œil humain. On en comprend donc toute l’importance s’agissant de ton cas.

  1. La composante L* est la clarté, qui va de 0 (noir) à 100 (blanc)
  2. La composante a* représente une gamme de 600 niveaux sur l’axe rouge (+299 valeur positive) → vert (-300 valeur négative) en passant par le gris (0).
  3. La composante b* représente une gamme de 600 niveaux sur l’axe jaune (+299 valeur positive) → bleu (-300 valeur négative) en passant par le gris (0).

Les résultats que j’ai obtenus, en examinant de près les différents taramas, sont les suivants :

 Lab
SCANDINAVIA70.9917.9914.52
PRINCE EGOR66.9722.537.10
TARAMA Nature(1er prix AUCHAN)69.0222.236.77
SCANDINAVIA Saumon75.0818.7526.57

Nous voyons donc une légère différence entre le tarama nature (1er prix Auchan) et le Prince Egor puisqu’on observe un écart global de couleur de : Formule de la couleur du tarama rose Alors que l’écart est plus important entre PRINCE EGOR et SCANDINAVIA, par exemple, puisqu’on observe un ∆E de 9.57. On peut donc penser que ces deux fabricants ont des objectifs différents, en ce qui concerne la nuance de rose à apporter au produit. Enfin, au sein même de la marque SCANDINAVIA, le fabricant proposant un TARAMA « au saumon », il lui assure une certaine typicité par addition d’un autre colorant. Donc, entre la recette nature et celle « au saumon », on a un ∆E de 12.2. Je comprends alors, pourquoi, il t’aura fallu choisir ce rose. Ce qui me rend d’autant plus admirative.

Anne Démians