Anagrammes

PANTIN 2010 - 2013

« Éternité est l’anagramme d’étreinte »
Henry de Montherlant

Les anagrammes offrent des significations multiples, paradoxales, mystérieuses ou poétiques à des lettres identiques disposées autrement. Ce jeu intellectuel apprécié des cruciverbistes permet de réduire et de faire émerger successivement les possibles dans une grille unitaire semblant uniforme.

Dans notre projet, les ANAGRAMMES architecturaux prendront les formes d’un volume épuré, ancré dans un écran nacré.

L’échelle des bâtiments étant limitée, et la place du marché étant bordée de constructions variées, nous proposons d’encadrer la place avec un bâtiment dont l’écriture unitaire s’efforce de limiter les composantes.

Un « dispositif-motif » se répète et se décline sur l’ensemble d’une volumétrie simplifiée, apaisant le site, tout en marquant son identité par sa présence. Les échelles de l’espace public majeur, la place ou la voie nouvelle, comme de l’espace public mineur ou plus intime, le passage Roche, sont traitées par un changement d’échelle de dispositif-motif, qui passe d’une trame de 5.60m à 2.80m. A l’intérieur de cette dimension unitaire, les ouvertures correspondent à une échelle résidentielle plus intime.

Des ronds, motifs dans le motif, trouent l’écran tel un moucharabieh, lui offrant reflets, ombres, lumière et profondeur. Sa planéité est altérée par une variation optique de la taille des trous. Le motif est une évocation contemporaine et raffinée des grilles claustras des faubourgs pavillonnaires, offrant intimité et transparence sur les loggias ou les jardins. L’écran est nacré, en aluminium anodisé naturel.

Seul un socle commercial, transparent, continu (ininterrompu par des halls logements) et continué par la clôture vient s’insérer dans l’unité des ANAGRAMMES architecturaux.

Les attiques au R+5 de l’immeuble collectif et R+3 de l’intermédiaire ont des volumes simplifiés. L’immeuble en L collectif est plus en retrait vis-à-vis du pavillonnaire à l’ouest pour monter d’un seul tenant jusqu’au R+4, avec un attique uniquement sur la place. Le logement intermédiaire, R+2 et attique, est fragmenté par des failles de circulation. Celles-ci offrent des percées visuelles au passage Roche sur les jardins en cœur d’ilot. Le passage Roche est ainsi scandé, d’une part par les retraits du lot A au nord, de l’autre par les percées lumineuses et les retraits en étage des « plots » de logements intermédiaires de notre lot (B).

Maître d'ouvrage : Kaufman & Broad
Architecte : Anne Démians
Directeur de projet : Philippe Monjaret
Chef de projet : Julien Syras
Équipe : Alain Sabounjian, Cong Chen
BET Economiste : Parica
BET Structure et Façade : VP & Green
BET Fluide Électricité : Alto ingénierie
HQE : Alto ingénierie
Surface : 6 000 m² SDP
Coût : 7.6 M€ HT