Pavillon d'exposition Barilla

Pedrignano Italie 2018
Chef de projet : Alain Sabounjian, Martin Mercier
Pavillon d'exposition Barilla

une industrie sur le mode de l’infini

Quand on s’interroge sur l’infini, on se pose tout de suite la question des limites.

Les bords de l’infini ont-ils une existence ?

« L’infini peut-il se rencontrer dans la nature ou dans la physique qui cherchent à la représenter ? Est-il seulement présent dans l’univers ? » Jean-Pierre Luminet (astrophysicien au Laboratoire d’Astrophysique de Marseille).

L’infini n’a, en effet, pas fini de nous surprendre, car l’idée qu’on s’en fait ne cesse d’évoluer (et nos esprits avec), quand, paradoxalement de nouveaux infinis continuent d’être découverts.

Les mathématiques et la physique d’aujourd’hui ont supprimé ce paradoxe et il est possible d’envisager actuellement, sans contradiction aucune, un espace fini, sans frontière, aussi bien qu’un espace infini.

C’est donc précisément cet espace fini, mais pensé sans frontières, que nous essaierons de traverser, ici, au nord-est de PARME pour la société BARILLA, après l’avoir éprouvé. Pour cela, il s’agira donc de faire émerger, en pleine plaine de l’Emilie-Romagne, un espace sans extrémités, mais aussi sans référence.

A bien le regarder, on y voit tout de suite quelque chose d’inédit, tirant, à partir de moyens techniques et visuels simples, ses distinctions de l’enchainement adroit de quelques lignes de faîte. Chacune d’entre elles, prend, chez sa voisine, la suite sensible de sa cambrure. Comme si cet infini-là, celui de BARILLA, s’était créé sur la base d’enchainements courbes et continus. Dans des spirales infinies, déroulées sans horloge.