Au pourtour des tours

Paris va évoluer en restant une des grandes métropoles européennes ou dans celles qui s’ouvrent à l’avenir et qui rayonnent d’énergie. Or la construction des tours dans les années 70, dans la capitale, a subi un arrêt brutal, du fait même d’une architecture et d’un urbanisme approximatifs qui n’ont pas tenu compte du patrimoine qu’on commençait à découvrir. Beaucoup de crispations politiques et sociales ont persisté autour de ces chantiers et continuent à nourrir leur rejet. Ces objets esseulés et coupés de la ville, n’ont jamais pu démontrer leurs pertinences urbaines, trop souvent arrogants et bâtis sans contexte.

Les conversations sur les tours sont inépuisables. Et les avis, concernés ou pas, sur ce que doit être, ou ne doit pas, être une tour sont infinis. Mais qui aurait raison ? Et qui aurait tort, dans cette avalanche d’impressions opposées ? Personne ne saurait le dire vraiment, l’architecture et l’urbanisme des tours recélant autant d’avertissements que d’accidents dans leur raisonnement, du fait de leurs excès.

On l’entend souvent : tout le monde dit que l’architecture est affaire de tous et qu’à ce titre chacun est en droit de donner son avis de citoyen.  Alors, on se met à parler d’élancement, d’ombres portées et de l’impossibilité de rencontrer qui que ce soit dans ces constructions du fait de leurs circulations verticales. On évoque, à tout bout de champ, la laideur contagieuse qu’elles dispensent autour d’elles et on disserte sur  l’abandon de tout rapport fertile au sol, pour l’individu, quand on ne raconte pas qu’elles peuvent même vous donner un étrange mal de mer. Mais comme toutes ces querelles idiotes ne tournent qu’autour de toutes ces  réalisations aussi sensationnelles qu’inutiles, elles laissent l’espèce humaine interrogative et ne résolvent rien. Car d’investigation, il n’en est pas question. Mais de démonstration, oui.

Alors un point d’histoire : La hauteur n’a-t-elle pas toujours été l’expression de la puissance ?

Il est communément admis que la tour est un phénomène contemporain. Or, c’est une idée reçue. La tour est un phénomène médiéval qui affichait la puissance d’une famille. Et quand une de ces familles devenait plus importante qu’une autre, sur le plan social comme sur le plan économique, elle pouvait démanteler le dernier étage de la tour de l’autre famille et utiliser les briques pour surélever la sienne. Scènes fascinantes de déconstructions et de reconstructions, dont on peut voir les résultats surprenants à San Giminiano ou à Lucca, avec l’une des tours les plus originales au monde, la Torre Guinigi.

Pour faire simple, et plus près de nous, nous pourrions considérer qu’en dehors de New-York, aucune ville n’a réussi son pari sur la hauteur. Et la raison de cette réussite esthétique et urbaine n’est pas si compliquée que cela à comprendre. Cette ville verticale s’est construite autour de 1931 (Empire state Building) sur la simple idée que les techniques de l’époque (l’acier puis la pierre) et la main d’œuvre (les ouvriers équilibristes) le permettant, dans un pays neuf, les grands commanditaires trouvaient alors une nouvelle façon de montrer leur puissance financière.

La hauteur devenait ainsi le premier message publicitaire efficace des temps modernes. Et là aussi, la hauteur faisait sens. Nous étions loin de l’idée de coloniser tous les espaces possibles, ce nouveau genre dans la recherche d’un but pour l’humanité. Depuis, toutes les villes riches se sont essayées au même exercice, mais sans le succès de New-York qui reste encore aujourd’hui la seule ville haute verticale et contemporaine qu’on visite autant comme une cité historique authentique que comme un lieu d’échanges actuel.

Les autres cités verticales, trop artificielles et simplement spéculatives, sont devenues des parcs d’attractions pour businessmen en péril, limousines noires et blackjack, des Disneyland de mickeys surexcités circulant dans des ouvrages qui  rivalisent de laideur. Car, saurait-on seulement désigner une seule tour parmi les plus hautes du monde qui soit simplement belle ? La Burj Khalifa à Dubaï et ses 829 mètres, la Tokyo Skytree et ses  634m, la Canton Tower à Guangzhou avec ses 600m, la CN Tower à Toronto, haute de 553m, l’One World Trade Center à New York posée sur 541 m, la Ostankino à Moscou et ses 540m, la Shanghai World Financial Center à Shanghai (494m de haut) qui joue  le décapsuleur géant ou la Taipei, haute de ses 509m et qui se prend, dit-on, pour un bambou ? Une catastrophe en chaine que même une alerte rouge ne saurait stopper. 

Car c’est bien la laideur qui ressort toujours des premiers mots d’une conversation sur les tours. Imaginez seulement que ces réalisations fassent l’objet d’une attention extrêmement particulière et qu’elles ne soient données, après de longues heures de délibérations, qu’aux meilleurs architectes ou designers du monde, vous imaginez combien la vie serait plus douce au pied des tours ?

A une époque où on consomme, en France, plus d’un million et demie de m² de sol rural, par jour pour construire est-il raisonnable de condamner les constructions verticales ? Avec elles, ce serait moins d’espaces de sauvegarde gaspillé, plus de terres protégées, plus de corridors verts transversaux, plus d’économies de terres agricoles, plus d’espèces protégées, moins d’énergie s’essoufflant sur des réseaux trop longs, plus d’espaces extérieurs et davantage d’ensoleillement pour tout le monde. Les constructions seraient groupées, hautes et par ensembles fonctionnels incomplets (échanges avec les plateformes voisines), n’auraient qu’une seule adresse, s’inspirant des cités fortifiées de toscane. Elles s’élèveraient vers le ciel, posséderaient leurs propres stations d’atterrissage de court courrier, agenceraient des plateformes  intermédiaires entre le sol et le ciel pour brasser leurs populations et faire circuler les échanges thermiques des unes aux autres dans une économie d’énergie devenue vitale. Les terres ne seraient pas gaspillées et l’épandage des maisons de villes serait stoppé, pour le bonheur de tous.

La compétition a été lancée à Babel et se poursuit aujourd’hui dans tous les endroits du monde où l’homme est oublié. Les peintres ayant frôlé ces mondes dès le XVI siècle, ils avaient compris que peindre la verticalité était un signe de densité et de diversité, sorte de  mélange des genres qui, ni tout à fait dans le ciel, ni tout à fait à terre, se disperserait autour dans la nature. Ils l’avaient peinte belle et rebelle, sensuelle et désobéissante, loin (très loin) de tout ce qu’on peut voir se construire en son nom. On pourrait, encore, aujourd’hui, voir la ville verticale comme le lieu de la désobéissance.