LIBÉ-LILLE
LILLE 2021

Informations Techniques

Maître d'ouvrage : Préfecture du Nord
Entreprise mandataire: Rabot Dutilleul Contruction
Architecte : Anne Démians
Directrice de projet : Marielle Kremp
Équipe : Alain Sabounjian, Georges Daou, Charles Hortefeux, Justin Meuleman, Marcos Garcia, Arnaud Sanson
Perspectives et Film : Georges Daou
BET Façade : VP & Green
BET Tous Corps d'état: Artelia
SDP : 38400 m²
Budget: 90 M€ HT

Libé-Lille, ou La Libre Libellule de Lille

La libellule, dans ses bienfaits, est souvent associée au changement et à la lumière.
Lorsque l’animal se manifeste près de vous, c’est juste pour vous rappeler qu’être plus aérien dans vos choix et plonger profondément dans vos émotions feront briller vos vraies couleurs. Associée à l’idée de la transforma-tion et de l’élasticité, la libellule est signe de mutation et d’adaptation, de légèreté et d’élégance. Elle incarne un univers d’émotions et de qualités, faciles à comparer à celui de la Cité en question, tant leurs caractéris-tiques, mises en parallèle, se rejoignent.
Libé-Lille se présente donc sous la forme d’un corps de libellule, tatouée sur une partie de la corporalité territo-riale de la métropole lilloise. On n’aperçoit, à première vue, que le corps de l’animal, à travers les trois parties du corps de l’odonate. Les formes contractées de la tête, du thorax et de l’abdomen de la libellule se transfor-ment, in situ, en trois ilots qui laissent penser qu’au-delà de leurs contenus palpables qui sont conservés à l’intérieur de leurs limites visibles, les plus volatiles d’entre eux s’inscrivent dans le dessin imaginaire des ailes de l’animal.

A travers la question que pose ce projet, il s’agit, en priorité, de trouver le meilleur équilibre entre la représentation d’un équipement de l’Etat (monde public) et l’indispensable valorisation, dans le temps, de la valeur immobilière de l’immeuble (monde privé). L’équilibre recherché n’étant possible qu’à travers les mises en valeur concomitantes des deux enjeux. Car s’il s’agit de mettre en lumière les valeurs républicaines de l’Etat, il s’agit surtout de ne pas rater « ce léger pas de côté » qui le situera dans le temps, non seulement dans l’époque à laquelle il appartient, mais encore dans celles qu’il devra traverser.
Et puis, il faudra bien sortir de l’image du modèle que nous offrent les cités administratives construites, toutes de la même façon, au cours du vingtième siècle. Les cités administratives nouvelles ou actuelles développent des bâ-timents hauts, recouverts par des fenêtres, toutes pareilles les unes aux autres, ressemblant davantage à des im-meubles de bureaux qu’à des équipements majeurs et significatifs de la présence de l’Etat sur le territoire.
Dès lors, ce constat fait, il s’agit de sortir de l’amalgame possible entre un bâtiment sorti d’une ronéo-typeuse et la Cite administrative de Lille. Ce que je cherche est une évolution dans la représentation des obligations de l’Etat, parallèlement à un changement de dogme : celui de la création d’une Maison des services publics. Humaniser l’espace sans le banaliser, offrir des conditions de travail proches de celles qu’on pressent pour l’avenir. A Lille, c’est précisément cet objectif que je propose d’atteindre : installer une dynamique territoriale nouvelle qui accompa-gnera le changement urbain en cours du quartier.
A la question : « Existe-il, à cet endroit, après avoir croisé l’ensemble des contraintes connues à ce jour, un dispo-sitif rationnel, doté d’une esthétique inédite et qui soit capable, à lui tout seul, de corriger la relation entre l’administration et ses administrés ? » la réponse est oui. Car, l’architecture, quand elle est réfléchie, synthétique et bien faite, peut, à elle seule, être la solution.
Elle nécessite alors de mettre en valeur :
. Des méthodes de construction qui favorisent une fabrication hors site,
. Un objectif économique garant d’une sortie favorable,
. Des dispositions de sécurité et de sureté s’exerçant sans accessoires,
. Des plateaux fonctionnels flexibles à 100%,
. Des dépenses d’énergie réduites par un dispositif passif,
. Des ouvrages bâtis solidement pour durer longtemps

Mais, surtout :
. Une amélioration effective de l’accueil des administrés et de l’information du public,
. Des conditions de travail beaucoup plus performantes proposées aux agents,

L’ensemble de ces objectifs ayant comme projet de faire de la nouvelle Cité administrative de LILLE un ouvrage aussi rare et inédit que réservé et présent.